Porter un enfant pendant 9 mois ne peut pas être résumé à transformer une femme en « four à pain » pendant 9 mois.

http://www.bfmtv.com/societe/saint-brieuc-un-couple-une-mere-porteuse-condamnes-553080.html

Saint-Brieuc: un couple et une mère porteuse condamnés

La jeune femme avait refusé d’abandonner le bébé qu’elle avait promis à un couple en mal d’enfants. L’enfant a finalement été confié au père biologique.  « Elle est arrivée comme une petite fée » dans leur vie, avait expliqué le couple lors de l’audience, le 13 juin, devant le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc (Côtes d’Armor). Une mère porteuse de 32 ans y comparaissait, aux côtés d’un homme et d’une femme à qui elle avait promis son bébé, avant de se rétracter.Tous les trois ont été condamnés, ce jeudi, à 5000 euros d’amende, pour « insémination artificielle par sperme frais ou mélange de sperme provenant d’un don » ou complicité de ces faits. Une peine moins lourde que les réquisitions du procureur qui réclamait huit mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende à l’encontre du père et six mois de prison avec sursis et 5.000 euros d’amende à l’encontre des deux femmes.Un couple en mal d’enfants

Les trois protagonistes s’étaient rencontrés, en 2009, sur un forum de discussions en ligne. Eux en mal d’enfant, elle déjà mère de deux filles, avait-elle prétendu, selon Ouest France. En réalité, elle cherchait également à être mère.

Elle s’était proposée comme mère porteuse et ensemble ils avaient monté un scénario pour rendre aussi légale que possible l’opération, faisant croire que la jeune femme est la maitresse du mari et que le couple divorce. L’insémination avait eu lieu dans un hôtel, à l’aide d’une pipette.

Mais au cours de la grossesse, la jeune femme qui devait accoucher sous X change d’avis, accouche dans une clinique de région parisienne, garde l’enfant et ne donne plus de nouvelles.

Un an après l’accouchement, le couple de cadres, des quadragénaires de la région nantaise, la retrouve et s’en prend violemment à elle pour réclamer l’enfant promis. Ils sont condamnés pour violences en 2012.

« Elle était en grande détresse psychologique, elle se sentait seule, avec un désir de maternité. Elle n’a pas mesuré les enjeux au départ », a plaidé l’avocate de la mère porteuse, accusant les parents d’avoir abusé de sa faiblesse.

L’enfant, aujourd’hui âgé de trois ans, a été confié à la garde du père biologique et de son épouse.