CoRP

Blog du Collectif pour le Respect de la Personne,              un collectif pour l'abolition de la maternité de substitution (GPA)

La GPA et le secret sur les origines.

 Marie-Josèphe Bonnet écrit dans son ouvrage « Adieu les rebelles! »

« Certains hommes vont d’ailleurs très loin dans le déni des origines biologiques. Dans un colloque « Sur un air de famille », où l’on se demandait s’il faut se ressembler pour faire famille, la sociologue Martine Gross évoquait les cas de « couples d’hommes ayant eu recours à la GPA [qui] refusent de révéler à leurs familles respectives lequel des deux est le père biologique, l’objectif étant d’éviter de faire peser cette donnée sur l’attachement des grands-parents à l’enfant[1]. » Ils avaient mélangé leur sperme avant sa fécondation avec l’ovocyte de la mère.

Voilà qui s’appelle restaurer, et même renforcer, le pouvoir occulte de la lignée spermatique aux dépends du principe généalogique. Selon Paul Ricoeur, le principe généalogique constitue l’invariant de tous les invariants de la filiation, écrivait-il dans son Parcours de la reconnaissance parce qu’il nous place au cœur de la transmission dans un rapport différent selon qu’il s’agisse des ascendants ou des descendants. Nous sommes dans un rapport de dette avec les ascendants et d’héritage dans l’ordre descendant car pour lui, « Tous les rangs sont institués et instituants, nul n’étant le fondateur ; et toutes les lignées sont déjà doubles, paternelles et maternelles. Le féminin et le masculin sont déjà là. Cette double condition concernant les rangs et la lignée, suffit à instaurer un rapport de dette dans l’ordre ascendant et d’héritage dans l’ordre descendant[2] ». Avec la GPA et le secret sur les origines, le rapport de dette avec les ascendants est coupé. On part à zéro dans une histoire de désir d’enfant qui institue la coupure avec le passé pour ne retenir que la seule lignée spermatique. De plus, la filiation est fondée sur « la volonté » de devenir parent, autrement dit un « projet parental » qui renoue avec un désir masculin des plus archaïques : procréer entre hommes. La maternité pour tous en quelque sorte. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :