Pour la juriste Muriel Fabre-Magnan*, la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme met fin à la prohibition de la gestation pour autrui mais aussi, par un effet collatéral majeur, à la prohibition de l’établissement des filiations incestueuses.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/06/26/31003-20140626ARTFIG00356-les-consequences-vertigineuses-de-l-arret-de-la-cedh-sur-la-gpa.php

*Muriel Fabre-Magnan est l’auteur de « La gestation pour autrui – Fictions et réalité » – Fayard – paru en 2013.