CoRP

Blog du Collectif pour le Respect de la Personne,              un collectif pour l'abolition de la maternité de substitution (GPA)

La gestation pour autrui, vers une privatisation du corps des femmes?

Le Tribunal de Nantes le 13 mai dernier a décidé d’inscrire à l’état-civil français, trois enfants  nés de mères porteuses à l’étranger (Inde, Ukraine, Etats-Unis) . Un pourvoi en Cassation a été déposé, la décision de la Cour de Cassation est attendue début juillet.

Marie-Josèphe Bonnet, historienne, et Maria Fernandez, biologiste, membres du CoRP, écrivent dans l’Humanité daté du 18 juin:

« Une décision très importante va donc être prise concernant la transcription sur l’état-civil d’enfants nés à l’étranger par « contrat de mère porteuse ». Rappelons que la GPA est interdite en France. rappelons que le gouvernement n’a pas fait appel de la décision de la CEDH de juin dernier (https://collectifcorp.wordpress.com/wp-admin/post.php?post=572&action=edit).

Nous sommes donc face à une démission du politique, d’un côté et de l’autre , à la politique du fait accompli menée par des partisans de la GPA de plus en plus offensifs, et de plus en plus soutenus par les cliniques dites de fertilité et l’extraordinaire marché des « mères de substitution ». »

et d’ajouter,

« L’argument utilisé par les sept juges de la CEDH pour obliger l’inscription de l’enfant à l’état-civil français est celui du lien « d’identité de l’enfant » à l’égard du père biologique (celui qui a donné son sperme). Nous assistons donc à une tentative de mise en place de filiation spermatique, ou patrilinéaire, aux dépens de la filiation maternelle… »

Et la mère?

«  »Autrefois » dans le droit français, la mère était celle qui accouche et le père, l’homme qui était marié à la mère. Aujourd’hui, nous assistons à un véritable renversement du lien. Si la décision du Tribunal de Grande Instance de Nantes était confirmée par la Cour de Cassation, seul le père serait doté d’une légitimité biologique. La mère en revanche serait totalement niée. »

 

Une tribune collective de la Commission Nationale du PCF droits des femmes (Laurence Cohen), de la CADAC (Coordination des Associations pour le Droit à l’Avortement et à la Contraception; Maya Surduts et Nora Tenenbaum), la CLF (Coordination Lesbienne en France, Jocelyne Fildard) et le CNDF (Collectif National pour le Droit des Femmes, Suzy Rojtman) appelle également à l’abolition du trafic des mères porteuses: « il n’y a pas plus de GPA éthique qu’il n’y a de prostitution éthique ».

 

lire les deux articles:

18juinSuite18juin

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 juin 2015 par dans Billet du Blog.
%d blogueurs aiment cette page :