Mardi 20 février 2019, l’Ambassade d’Espagne en Ukraine a annoncé qu’elle n’accepte plus de nouvelles demandes d’enregistrement de naissance d’enfants nés par GPA pour des commanditaires espagnol.es.
« In the statement posted on Facebook, the embassy said that while a number of existing cases would be individually considered, « no new registration records of children born through the surrogate pregnancy technique can be authorised. »

Comme le montre l’article de Euronews signé par

L’article explique aussi que c’est la législation très souple (« Ukraine, however, is quite relaxed on its laws ») qui attire les clients du tourisme reproductif en Ukraine. Bien évidemment, personne ne parle de la pauvreté qui motive les femmes à devenir mères porteuses, comme le montre d’autres articles. 

Fort heureusement, devant la « souplesse » d’une législation qui favorise l’exploitation des difficultés financières et sociales des femmes ukrainiennes, et encourage la vente d’enfant (échange du lien de filiation contre de l’argent), l’Espagne choisit  de défendre la dignité humaine des femmes et des enfants.

drapeau espagne

#GPA #Espagne #Ukraine #Vientresdealquiler