La chercheuse Sheela Saravanan avait réalisé, en 2009-2010, une importante enquête sur la pratique de la maternité de substitution en Inde, qui avait mis en lumière le vécu intime des femmes mères porteuses, ainsi que les parcours de plusieurs personnes commanditaires.

En février 2019, la chercheuse est retournée en Inde pour un suivi de son enquête.

Elle a questionné 45 femmes qui ont été mères porteuses entre 2007 et 2017, et qui ont mis au monde 90 enfants.

Cette nouvelle recherche est centrée sur les conditions de vie des mères porteuses, sur leurs motivations à le devenir, sur le déroulement de la grossesse et des relations avec les personnes commanditaires et avec la clinique. Elle aboutit à la conclusion que la pratique de la maternité de substitution, telle qu’elle a été vécue par les femmes interviewées, donne lieu à de nombreuses violations des droits humains et de l’éthique médicale (même si, en principe, la maternité de substitution commerciale a été officiellement interdite, en Inde, en 2015).

Les femmes témoignent de leur maintien dans des dortoirs, du fait qu’elles n’avaient pas de copie du contrat qu’elles avaient pourtant signé; elles ont montré aussi qu’elles ont subi des avortements sélectifs, pour satisfaire les clients qui voulaient sélectionner le sexe de l’enfant.

Toutes affirment être devenues mères porteuses pour des raisons financières, et plusieurs parmi elles y ont été poussées par leur mari ou par leur belle-famille.

Les commanditaires choisissent les mères porteuses en fonction de leur classe, de leur caste, de l’âge, de la couleur de peau, de leur religion; c’est aussi en fonction de ces critères que ces femmes sont rémunérées.

Il est important de lire et de faire connaître cette enquête minutieuse et éclairante sur une pratique raciste qui exploite la pauvreté et la soumission des femmes.

india study sheela

Surrogacy in India : Bioethics, Human Rights and Agency, Dr. Sheela Saravanan, The European Observatory for Non-Discrimination and Fundamental Rights, June 2019

#Surrogacy #India #HumanRightsViolation