CoRP

Blog du Collectif pour le Respect de la Personne,              un collectif pour l'abolition de la maternité de substitution (GPA)

Qui sommes-nous

Organisé en Association loi 1901, le Collectif CoRP est un Collectif de femmes et d’ hommes, universitaires, scientifiques, philosophes,  qui mettent leurs compétences et leur expérience au service de la promotion des droits et du respect de la personne humaine dans son intégrité physique et psychique en France, en Europe et dans le monde.

Nous refusons  la pratique des « mères porteuses », c’est-à-dire la mise à disposition des organes et de la vie d’une femme pendant 9 mois pour servir de réceptacle à l’enfant en étant destituée de son statut de mère. L’enfantement et l’enfant lui-même ne peuvent entrer dans un système de production et d’échange sans porter atteinte au droit des personnes.

Nous estimons que les lois constituent le socle sur lequel s’institue l’humanité. Elles seules peuvent garantir le respect de la justice, de la paix, de la liberté, de l’égalité et de la dignité des êtres humains. Aujourd’hui, ces valeurs sont remises en cause par le néo-libéralisme et le développement des biotechnologies qui risquent de réduire les personnes au statut de ressource, de matériau biologique ou de produit.

 

 

 

Publicités

11 commentaires sur “Qui sommes-nous

  1. Annie Sugier
    11 juin 2015

    J’aimerai connaitre votre position sur l’IVG;

  2. Annie Sugier
    11 juin 2015

    J’aimerai connaitre votre position sur la question de l’IVG

    • collectifcorp
      16 juin 2015

      Le CoRP ne prend position que sur les mères porteuses et jusqu’à présent sur aucun autre sujet de société, d’une part en raison de l’urgence à se mobiliser contre le trafic des mères, et d’autre part afin d’être plus efficace: il a pour vocation de rassembler toute compétence, médicale, psychologique, juridique, économique, sociologique, etc., sur cette barbarie complexe à appréhender sous tous ses aspects.

      En revanche, certain.e.s de ses membres militent également pour d’autres sujets et sont parfois membres d’autres associations: abolition de la prostitution, accès à la contraception et à l’avortement, droit des femmes lors d’un divorce, etc., font partie des thèmes de militantisme de certain.e.s membres via ces autres associations ou à titre personnel.

      Il arrive aussi que dans des tribunes, les liens soient faits entre ces différents sujets des droits des femmes – en particulier, abolition de la prostitution et droit à l’IVG (remis en cause par les contrats de mères porteuses).

      • papin
        4 juillet 2015

        qui fait parti de ce collectif?

  3. Antoine BILLOT
    20 juin 2015

    Très bonne initiative. Nous avons besoin de vos compétences pour avancer nos arguments dans le débat public. Votre aide est la bienvenue dans ce combat contre la marchandisation du corps humain. Question: accordez vous aussi de l’importance sur les problèmes de filiation liés à l’enfant sur ses origines biologiques ?

  4. MILHAUD
    3 juillet 2015

    Ayant été atteinte d’une psychose connue sous le nom d' »empreinte » par suite des circonstances de ma naissance, j’ai connu, dans ma chair, le lien indissoluble entre un nouveau-né et la femme qui l’a porté; au point d’être incapable de me défendre contre d’autres femmes aux intentions malveillantes quand elles lui ressemblent.
    Mais, cette maladie psychiatrique n’est apparue au grand jour, dans mes relations professionnelles, que tardivement, à 40 ans passés. Et, cela m’a contrainte à une longue psychanalyse de 9 années pour que je puisse rétablir des relations normales avec les autres femmes.
    Je pense donc que la rupture brutale d’un nouveau-né avec sa gestatrice peut conduire, même tardivement, à des troubles psychologiques sur celui-ci.
    Jeannine

  5. CERF
    22 novembre 2015

    C.E.R.F.

    pour mémoire, notre communiqué sur ce sujet en 2008 :

    http://reformesfeministes.blogspot.fr/2008/07/non-la-lgalisation-des-mres-porteuses.html

    dimanche 6 juillet 2008
    Non à la légalisation des mères porteuses !
    Communique de presse : non à la légalisation des mères porteuses

    Le Cercle d’étude de réformes féministes partage entièrement le point de vue ( ci dessous) du PCF au sujet du projet de légalisation des mères porteuses.
    Le CERF estime que tout projet de cette nature est une légalisation de l’exploitation des femmes et un risque pour les enfants, la légalisation de la vente d’enfant.
    L’argument du libre choix est une duperie : dans l’hypothèse douteuse de femmes souhaitant confier l’éducation de leur un enfant à une autre, leur projet est parfaitement possible sans changement dans l’état civil de l’enfant, aucune atteinte au principe de l’indisponibilité de l’état civil n’est nécessaire.
    La plus archaïque des horreurs : l’utilisation de l’esclave comme outil de fabrication d’un enfant, se fait passer pour le dernier cri du progrès de l’émancipation et de l’égalité …
    Toute personne consciente devrait dénoncer ce projet comme une abjection.
    Le C.E.R.F.
    juillet 2008

    http://www.pcf.fr/spip.php?article2892
    Mères porteuses : une nouvelle forme d’exploitation du corps des femmes

    Par : Bureau de presseMis en ligne : 27 juin
    Le Sénat a mis en place un groupe de travail qui a organisé des auditions, afin de légiférer sur la légalisation de la gestation pour autrui, autrement dit pour la légalisation des mères porteuses. Il est troublant de voir à gauche des voix qui soutiennent un tel projet.
    Ainsi, pendant 9 mois on pourrait utiliser le corps des femmes comme un outil de production/procréation. Tout à coup, il n’y aurait plus de lien entre la femme et l’enfant qu’elle porte. On nous parle de garde fou, de dédommagement et non de rémunération, quelle hypocrisie ! A partir du moment où l’argent entre en jeu, on est dans la marchandisation des corps. A quand l’enfantement comme un métier ?
    Que veut dire cette notion du droit à l’enfant à tout prix ? Le désir de transmettre à un enfant peut exister autrement que par la procréation. Nous réfutons le bien-fondé d’une telle loi qui accentuerait une pression supplémentaire sur les femmes, qu’elles soient « porteuses » ou non. Aller vers la reconnaissance de la « maternité par autrui », c’est contraire au respect de la dignité de la femme et de l’enfant. C’est une nouvelle forme d’exploitation du corps des femmes.
    Cette question est suffisamment grave pour qu’elle fasse l’objet d’un grand débat public, et que des décisions ne soient pas prises à la hâte et en catimini.
    Parti communiste français
    Paris le 27 juin 2008

  6. lecerf2014
    23 novembre 2015

    idem le 8 mars 2011 :
    http://reformesfeministes.blogspot.fr/2011/03/8-mars-non-aux-contrats-de-mere.html

    mardi 8 mars 2011
    8 mars : Non aux contrats de « mere porteuse » !
    Communiqué du CERF

    Non aux contrats de « mère porteuse »

    Aujourd’hui, 8mars 2011, nous apprenons avec consternation que le parquet serait en faveur de l’inscription à l’état civil d’enfants nés de mères porteuses (appelés aussi maternité de substitution) à l’étranger. Cette décision est un encouragement à ces contrats monstrueux, qui bafouent autant les droits des femmes que les droits des enfants.

    Nous rappelons par exemple que les naissances prématurées sont plus nombreuses que la moyenne lors de ces grossesses monnayées … Nous rappelons que toute grossesse est une épreuve pour le corps et comporte des risques pour les femmes. Nous rappelons que ce sont des femmes pauvres qui louent leur corps, à leurs risques et périls à des couples riches.

    Nous refusons ce pas de plus vers la marchandisation, l’instrumentalisation, du corps, vers la loi du fric. L’amour ne se vend pas, la grossesse ne se vend pas !

    Nous sommes scandalisées par cette politique du gouvernement dont dépend le parquet.

    Le CERF
    avec le soutien de Sylviane Agacinsky

    Mère porteuse: revirement du parquet

    AFP
    08/03/2011 | Mise à jour : 11:00

    Le parquet général près la Cour de cassation s’est montré aujourd’hui favorable à l’inscription à l’état civil français des enfants nés de mères porteuses à l’étranger, un revirement de taille, le ministère public s’y étant toujours opposé jusqu’ici.

  7. KIRSCH- DE VARAX
    9 janvier 2016

    Bonjour, ce collectif prend position bien tard. Ses membres ont laissé se dégrader bien des choses dites « sociétales » avant de se mobiliser. La GPA n’arrive pas comme cela en génération spontanée, elle arrive après une cascade de décisions néfastes pour la famille et le respect de la vie qui ont préparé les esprits à toute transgression sur ces sujets. J’ajoute que la plupart des membres de ce collectif n’ont eu de cesse de combattre les Français qui se sont mobilisé depuis des années pour défendre les valeurs qui permettent une cohésion sociale bénéfique à l’épanouissement des familles et des plus faibles. Ces Français ont été malmenés, maltraités, ringardisés par les médias tout-puissants et l’intelligentsia de gauche manipulatrice. Ce collectif de « savants » et d' »intellectuels », de politiques et d’hommes bien placés ne mettra jamais un million de gens dans la rue.
    Pourquoi ma colère ? Parce que ces gens méprisent le Peuple. Ils le combattent, traitant leur action de « populiste » en s’affublant eux-mêmes des oripeaux d’un bien commode « humanisme ». Pour ma part, je continuerai avec la Manif pour Tous et l’Alliance VITA, honteusement ignorées ou vilipendées.par le pouvoir Socialiste. Que celui-ci se prépare : ses lendemains seront gravement désenchantés et il est inutile que ce serpent de mer tente de sauver sa tête par tous les moyens (y compris celui de jouer les âmes vertueuses par l’entremise de ce soi-disant collectif.). A bon entendeur, salut.
    Sophie De Varax

  8. Pour la GPA
    4 octobre 2016

    Bonjour,
    Que dîtes-vous aux femmes sans utérus à la suite d’une hystérectomie (ablation de l’utérus suite à un cancer) ou bien encore celles nées sans utérus ?
    La greffe d’utérus n’est encore qu’au stage expérimental…N’oubliez pas que l’adoption est aussi un beau business…!! Ne croyez vous pas qu’il serait intelligent de faire une loi pour chaque cas de figure et l’autoriser la GPA dans des cas très précis, et de manière bien encadrée ?
    Je ne vois pas l’intérêt de passer par une mère porteuse quand les gamètes sont des dons mais quand les parents en possèdent de saines mais qu’il manque « juste » l’utérus… ??
    J’espère que ce message sera source de réflexions de votre part, les deux cas que j’ai cités rassemblent un nombre non négligeable de femmes…
    Merci de votre attention.

  9. Malahit
    7 juillet 2017

    Quel dommage que votre action soit aussi confidentielle. Comment la populariser face aux médias officiels et à une justice sous la pression de ces mêmes médias avides de « modernité » mais à l’éthique limitéeà leurs intérêts ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :